Nos actualités

Cyclife France traite un composant spectaculaire

Publié le 12/05/2022

Cyclife France réceptionne sur son site de Centraco (Centre de Traitement et de Conditionnement des déchets radioactifs), à Codolet dans le Gard, un générateur de vapeur provenant de la marine nationale de Toulon. Ce très gros composant d’environ 4 m de haut représentant plus de 40 tonnes de déchets métalliques est traité par le procédé de fusion de l’installation de Centraco. Cette opération est réalisée sous maîtrise d'ouvrage CEA, responsable de la reprise des déchets nucléaires des chaufferies nucléaires embarquées sur les bâtiments à propulsion nucléaire.
 



 © Adeline Justamon

Reportage photos de l’arrivée et du déchargement du générateur de vapeur

Une quinzaine de personnes sont mobilisées pour réceptionner le générateur de vapeur et procéder à son déchargement dans les locaux de l’installation. 
© Adeline Justamon

 

Entrée du convoi exceptionnel sur le site de Centraco 

 
 Convoi stationné, prêt pour le déchargement du conteneur 

 
Déchargement du conteneur, manutention de la cloche par la grue mobile


Pose du générateur de vapeur sur le chariot mobile électrique,
manutention levage mécanisée


Générateur de vapeur porté par la grue mobile, manutention levage mécanisée


Contrôle radiologique du générateur de vapeur

Ce projet d’envergure est confié à Cyclife France

  Cyclife France se démarque par son installation unique en France dans le traitement des déchets très faiblement à moyennement radioactifs à vie courte ainsi que par son expertise et son savoir-faire avec des solutions     innovantes, globales et personnalisées. Comme pour ce projet de grande ampleur, pour lequel les équipes de Cyclife France ont réalisé un cahier des charges pour la fabrication d’un conteneur sur-mesure et d’un chariot surbaissé motorisé, conçus par des partenaires.
 







Le traitement du générateur de vapeur de la marine nationale

Le générateur de vapeur est traité par l’unité de fusion de Centraco, spécialisée dans le traitement des déchets métalliques, matériaux ferreux et non-ferreux en caisses. 

© Cyclife France
Ce très gros composant est dans un premier temps découpé dans un atelier spécifique dans un atelier dédié de l’installation puis mis au gabarit pour le four de fusion à induction.
 

Les composants sont fondus à 1 600° C dans le four et réduits de 90% de leur volume à l’issue des opérations. Le contenu fondu est ensuite basculé dans une poche et vidé dans des lingotières. 
   
© Cyclife France



© Cyclife France
Les colis sont ensuite acheminés vers l’ANDRA (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) pour stockage final sont appelés « lingots ».

Cyclife élargit son offre de services numériques pour le démantèlement d’installations nucléaires et acquiert Quadrica

Publié le 04/04/2022

A travers cette acquisition stratégique, Cyclife filiale d’EDF, réaffirme son ambition de devenir leader européen dans la gestion des déchets radioactifs et dans la déconstruction et le démantèlement d'installations nucléaires, en proposant une offre unique intégrant des services numériques dédiés à la maîtrise et à l’optimisation de ces opérations majeures.

Réalisation d’études de scénario ou de conception, préparation de chantier, visualisation de locaux difficilement accessibles, visite et inspection des installations à distance ou encore formation, les exploitants nucléaires, tout au long du cycle de vie de leur installation, s’orientent vers un usage accru des jumeaux et outils numériques pour augmenter leur niveau de maîtrise et optimiser leurs interventions. L’acquisition de Quadrica vient répondre à cette demande. Ses outils de visualisation 3D « MySurvey » et de réalité virtuelle « Virtual Survey » sont en effet déjà largement répandus chez plusieurs industriels. Les principaux marchés adressés par la start-up couvrent par ailleurs d’autres secteurs que l’industrie nucléaire et lui permettent d’envisager de proposer ces services très innovants à de potentiels nouveaux clients, notamment dans les industries de procédés.

Côté démantèlement et gestion des déchets nucléaires, l’acquisition complète l’offre de services numériques déjà portée par Cyclife à travers sa filiale Cyclife Digital Solutions. Cyclife couvre désormais une part significative de la chaine de valeur de la donnée : la visualisation et l’exploitation de données 3D (logiciels MySurvey et Virtual Survey développés par Quadrica), la réalisation de maquettes BIM (Building Information Modeling) et la simulation numérique de scénarios d’intervention (logiciel de simulation DEMplus® développé par Cyclife Digital Solutions).

Au 1er avril 2022, Quadrica SAS devient filiale à 100 % de Cyclife SAS. Liam Perrier est nommé directeur général de la société, Bernard Chayla et Francois Xavier-Eeckman poursuivent quant à eux l’aventure Quadrica en tant que directeur des opérations et directeur commercial.

Liam Perrier tout récemment nommé, précise : « Les solutions d’exploitation et de visualisation des données 3D développées par Quadrica déjà largement plébiscitées par le marché, viennent compléter l’offre numérique de Cyclife qui lui permet ainsi de toujours mieux accompagner ses clients industriels dans l’optimisation de ses interventions sur des installations complexes ».

S’exprimant également sur le sujet, Estelle Desroches directrice générale de Cyclife a déclaré : « Nous sommes convaincus que le recours aux outils numériques pour mieux appréhender l’environnement dans lequel sont réalisées les opérations que nos clients nous confient, est un atout majeur. Les briques logiciels et services proposés par Quadrica sont de formidables outils d’aide à la décision ou de préparation de chantiers que nous intégrerons dans l’offre unique de Cyclife pour optimiser, dans une logique systémique, démantèlement et traitement des déchets ».


A propos de Quadrica

La mission de Quadrica, éditeur français créé en 2016, est de développer une suite logicielle d’exploitation et de visualisation (y compris en réalité virtuelle) de données de type « jumeau numérique » tels que les nuages de points, les photos Ultra Haute Définition et les modèles 3D. L’objectif est de répondre aux besoins opérationnels émergents dans le domaine de l’ingénierie des opérations du cycle de vie d’infrastructures, de leur construction, leur maintenance jusqu’à leur démantèlement (Digital Twin, Usine 4.0).

Waste2Glass, co-entreprise d'EDF Cyclife et Veolia Nuclear Solutions, est désormais opérationnelle

Publié le 01/02/2022

Suite à l'annonce de la création de Waste2Glass, une nouvelle co-entreprise entre EDF et Veolia, lors de l'édition 2021 du World Nuclear Exhibition à Paris, Waste2Glass est désormais pleinement opérationnelle.

La signature des statuts de Waste2Glass a eu lieu à Paris La Défense en présence d'Olivier Giraud, nouveau président de Waste2Glass et directeur des projets déchets d'EDF, de Pascal Evrard, nouveau directeur général de Waste2Glass, d'Estelle Desroches, Directrice générale de Cyclife, et de François Parot, directeur Europe continentale de Veolia Nuclear Solutions.

Lors de cette étape importante dans le développement des activités de traitement des déchets nucléaires de Cyclife, Olivier Giraud a déclaré : « Waste2Glass est désormais prête à étudier et développer une solution unique et concrète pour le traitement de certains déchets radioactifs spécifiques avant leur stockage définitif et à promouvoir la solution prometteuse GeoMelt®. »

Pascal Evrard a ajouté : « L'équipe du projet s'est installée à Limay (banlieue parisienne), où l'unité pilote du procédé de vitrification GeoMelt®, a été récemment mise en service. L'unité pilote aura pour objectif de réaliser des démonstrations et d'obtenir les qualifications nécessaires au déploiement industriel de la technologie.»

Retrouvez l'annonce de création de Waste2Glass par EDF et Veolia en cliquant ici.

Cyclife développe ses capacités d’ingénierie au Royaume-Uni en acquérant la société Aquila Nuclear Engineering Ltd.

Publié le 07/01/2022

Cyclife, la filiale d’EDF en charge des activités de démantèlement et gestion des déchets radioactifs à l’international, poursuit ses objectifs de développement en Europe en se dotant de nouvelles capacités d’ingénierie avec l'acquisition d'Aquila Nuclear Engineering Ltd.

Acteur majeur de la gestion des déchets radioactifs au Royaume-Uni via sa filiale Cyclife UK, le groupe avait déjà élargi son périmètre d’activités en 2020 pour proposer, en complément, des services de conseil et d’ingénierie dans le domaine du démantèlement, lui permettant de remporter de premiers contrats importants, notamment dans le domaine des réacteurs graphite.

Pour poursuivre son développement, Cyclife a fait le choix d’acquérir 100 % du capital partagé d’Aquila Nuclear Engineering jusqu’alors détenu par Calder Group. La société est spécialisée dans la fourniture clé en main (conception / fabrication et mise en service) de solutions dans les domaines du confinement, des cellules blindées, de la télémanipulation et du transport / emballage. L'équipe de direction en place et tous les employés d'Aquila poursuivront leurs activités dans les grands secteurs industriels qui utilisent leurs services et pourront également, en relation étroite avec Cyclife UK, offrir des solutions intégrées démantèlement / déchets sur ce marché en croissance.

« Cette acquisition témoigne du professionnalisme de l'équipe d'Aquila et de la réputation que l'entreprise a acquise dans le secteur nucléaire. Nous sommes ravis de faire partie de Cyclife / EDF et nous n'aurions pas pu choisir une meilleure société mère pour poursuivre notre succès et notre croissance. », déclare Dave Barker, Directeur Général et fondateur d'Aquila.

« Cette acquisition fait complètement écho aux ambitions stratégiques de Cyclife / EDF, elle aura sans aucun doute un impact significatif et synergique sur le développement des deux compagnies. Elle permet à Cyclife d'élargir sa palette de compétences et de renforcer sa capacité à fournir des solutions intégrées démantèlement / déchets à forte valeur ajoutée. », commente Estelle Desroches, Directrice Générale de Cyclife SAS.

EDF et Veolia annoncent la création de Waste2Glass : une co-entreprise pour développer des solutions innovantes de traitement des déchets radioactifs

Publié le 30/11/2021

Paris, le 30 novembre 2021, EDF et Veolia annoncent la création de Waste2Glass, détenue à parts égales, par l’intermédiaire de leurs filiales respectives Cyclife et Asteralis, qui aura pour ambition de développer une nouvelle filière basée sur la technologie de vitrification Geomelt® de Veolia.

Les partenaires renouvellent ainsi leur engagement commun pour développer des solutions innovantes dans le traitement des déchets radioactifs complexes, deux ans après avoir créé Graphitech, une co-entreprise dédiée au développement de solutions pour la déconstruction des réacteurs graphite-gaz, devenue aujourd’hui une référence européenne. En raison de sa technicité et de son coût, la vitrification était jusqu'ici réservée aux déchets hautement radioactifs. Forte de la complémentarité du savoir-faire des deux partenaires, Waste2Glass pourra relever le défi du déploiement industriel de la technologie GeoMelt® qui permet de généraliser et simplifier l'utilisation du procédé de vitrification pour une plus vaste typologie de déchets.

Aujourd'hui sans équivalent, GeoMelt® a le potentiel de devenir une nouvelle solution de référence pour le traitement des déchets complexes compte tenu des avantages qu'elle représente par rapport aux technologies existantes : 
  • Une mise en œuvre industrielle relativement simple ;
  • Une réduction significative des volumes de déchets après traitement, notamment par rapport aux technologies actuelles d’immobilisation par technique cimentaire;
  • L’obtention d’une matrice de conditionnement extrêmement durable.
Cette technologie a déjà permis à ce jour de traiter 26 000 tonnes de déchets radioactifs et de déchets dangereux, en particulier aux Etats-Unis.

La création de la société Waste2Glass, ayant obtenu toutes les autorisations des autorités de concurrence compétentes, est prévue début 2022. Elle sera basée à Limay (Yvelines), à proximité d’une nouvelle unité pilote intégrant le procédé GeoMelt®, récemment mise en service par Veolia, afin de mener à bien les démonstrations et d’obtenir les qualifications nécessaires au déploiement industriel de cette filière.

Antoine Frérot, Président-directeur général de Veolia a déclaré : « Notre métier et notre raison d’être en tant que leader mondial de la transformation écologique est de proposer des technologies et des solutions innovantes pour la gestion des déchets complexes comme les déchets dangereux et radioactifs. Je me réjouis de ce pas supplémentaire franchi dans notre collaboration avec EDF avec la création de Waste2Glass. Elle va permettre d’opérer un véritable changement d’échelle par l’industrialisation de GeoMelt® qui permettra de traiter les déchets radioactifs de manière plus sûre et plus économique, avec une réduction des volumes de stockage. »
Jean Bernard Lévy, Président-Directeur Général d’EDF, a déclaré : « Après Graphitech, la création de Waste2Glass illustre d’une part la qualité de la coopération entre nos deux entreprises mais également l’engagement du groupe EDF dans le développement et la mise en œuvre industrielle de solutions véritablement innovantes pour le traitement des déchets radioactifs, sujet clé pour inscrire le nucléaire dans le développement durable et contribuer à construire un avenir décarboné. »


A propos d’EDF
Acteur majeur de la transition énergétique, le groupe EDF est un énergéticien intégré, présent sur l’ensemble des métiers : la production, le transport, la distribution, le négoce, la vente d’énergie et les services énergétiques. Leader des énergies bas carbone dans le monde, le Groupe a développé un mix de production diversifié basé principalement sur l’énergie nucléaire et renouvelable (y compris l’hydraulique) et investit dans de nouvelles technologies pour accompagner la transition énergétique. La raison d’être d’EDF est de construire un avenir énergétique neutre en CO2 conciliant préservation de la planète, bien-être et développement, grâce à l’électricité et à des solutions et services innovants. Le Groupe participe à la fourniture d’énergie et de services à environ 37,9 millions de clients.

 
(1), dont 28,7 millions en France
 (2). Il a réalisé en 2020 un chiffre d’affaires consolidé de 69,0 milliards d’euros. EDF est une entreprise cotée à la Bourse de Paris.

(1) Les clients sont décomptés depuis 2018 par site de livraison ; un client peut avoir deux points de livraison : un pour l’électricité et un autre pour le gaz.
(2) Y compris ÉS (Électricité de Strasbourg).


A propos de Veolia
Le groupe Veolia a pour ambition de devenir l’entreprise de référence de la transformation écologique. Présent sur les cinq continents avec près de 179 000 salariés, le Groupe conçoit et déploie des solutions utiles et concrètes pour la gestion de l’eau, des déchets et de l’énergie qui participent à changer radicalement la donne. Au travers de ses trois activités complémentaires, Veolia contribue à développer l’accès aux ressources, à préserver les ressources disponibles et à les renouveler. En 2020, le groupe Veolia a servi 95 millions d’habitants en eau potable et 62 millions en assainissement, produit près de 43 millions de mégawattheures et valorisé 47 millions de tonnes de déchets. Veolia Environnement (Paris Euronext : VIE) a réalisé en 2020 un chiffre d’affaires consolidé de 26,010 milliards d’euros. www.veolia.com  
 

Delphine Servot est nommée Directrice générale de Cyclife Sweden AB

Publié le 15/10/2021

Delphine Servot a été nommée Directrice générale « Verkställande Direktör » de Cyclife Sweden AB.

Delphine Servot a rejoint Cyclife Sweden en septembre 2019 en tant que Chef de projet client . Elle a depuis intégré l’équipe de direction en tant que chef du département Projets clients. Dans cette fonction, elle est également responsable des réponses aux appels d’offre, des propositions de prestations sur les sites clients et du contract management.

Après une première expérience chez KPMG, elle a rejoint le groupe EDF en 2004 en tant qu’auditeur interne. Depuis 2017, elle a surtout travaillé sur des projets d’ingénierie et de construction, tel que le terminal méthanier de Dunkerque ou des projets « Nouveau Nucléaire » (France, Chine, Finlande et Royaume-Uni). Dans son dernier poste avant de rejoindre la Suède et Cyclife, Delphine Servot était chef de projet au sein du programme « Grand Carénage », responsable de l’optimisation des process « Chimie / Environnement» des 58 réacteurs nucléaires en fonctionnement.

L’expérience de Delphine couvre un large spectre de métiers, à la fois du management d’équipe et du management de projets. Ses principaux moteurs, essentiels pour piloter la société avec une perspective « moyen-terme » de forte croissance, sont d’apprendre en permanence en explorant de nouveaux domaines techniques et d’impulser les dynamiques de changement nécessaires à la performance de l’organisation.

Delphine Servot succède à Ralf Norden. Sa nomination de Delphine Servot est effective depuis le 11 octobre 2021.

CENTRACO : indisponibilité temporaire de mesures d’activité des aérosols du conduit du dispositif de fusion

Publié le 16/08/2021

Le fonctionnement de l’installation de Centraco génère des rejets liquides et gazeux. Des dispositifs de filtration de haute efficacité ou par procédé chimique installés en amont des rejets ainsi qu’une surveillance des activités rejetées, garantissent le respect strict des seuils de rejet autorisés.

La surveillance des aérosols du conduit du dispositif de fusion est réalisée par un dispositif de chaines de surveillance composées de balises permettant la mesure en continu des activités des aérosols ainsi que de préleveurs atmosphériques (prélèvements en continu des aérosols sur filtre fixe).

Le dispositif de fusion est actuellement en arrêt annuel de maintenance permettant à Cyclife France de réaliser notamment des opérations d’inspection du bon état global de l’installation.

Le 11 août 2021, lors d’une opération de dépose des calorifuges et d’inspection des lignes de fumées de fusion, il est constaté que les chaines de surveillance des activités des aérosols se sont arrêtées simultanément entre 9h13 et 10h33.

Dès constatation du dysfonctionnement, les équipements de mesure ont été remis en service.

Les activités de fusion étant à l’arrêt et les enceintes de confinement de l’installation n’étant pas en exploitation, il n’y a donc pas de conséquences potentielles identifiées à ce jour.

Les résultats de la surveillance environnementale de la plateforme de Marcoule seront analysés. En effet, la surveillance de l’environnement est assurée par Cyclife France pour ses installations mais également par les services compétents du CEA Marcoule, en mesure de détecter toute élévation de la radioactivité au voisinage du site.

Au titre de l’écart à la « prescription technique relative à la surveillance des rejets gazeux radioactifs », cet évènement a été déclaré à l’Autorité de Sûreté Nucléaire, le 13 août 2021.

L’évènement est sans impact sur le personnel et sans conséquence sur la sûreté de l’installation.

Rapport annuel d’information du public relatif à l’installation nucléaire de Centraco (Gard)

Publié le 28/06/2021

Le Rapport de Sûreté Nucléaire de Centraco pour l'année 2020 est disponible.
Ce rapport est rédigé au titre des articles L125-15 et L125-16 du code de l’environnement.

CENTRACO : indisponibilité temporaire de mesures de rejet en carbone 14 de l’incinérateur et en tritium de la fusion

Publié le 11/06/2021

Mis à jour le 23/06, éléments en italique 

Le fonctionnement de l’installation de Centraco génère des rejets liquides et gazeux. Des dispositifs de filtration de haute efficacité ou par procédé chimique installés en amont des rejets ainsi qu’une surveillance des activités rejetées, garantissent le respect strict des seuils de rejet autorisés.
 
La surveillance des rejets en carbone 14 est réalisée par des barboteurs remplis d’une solution alcaline composée d’eau et de soude. Le 8 juin 2021, il est constaté un dysfonctionnement du système de surveillance des rejets en carbone 14 de l’incinérateur dans l’environnement. Dans le cadre des contrôles réguliers de ce système de mesure, un test pH réalisé avant analyse des échantillons, a mis en évidence un remplissage des flacons des barboteurs avec de l’eau déminéralisée en lieu et place de soude. L’eau déminéralisée ne permet pas de piéger le carbone 14. Les prélèvements réalisés sur la période du 1er au 7 juin 2021 ne sont donc pas considérés comme représentatifs.
 
La surveillance des rejets en tritium est réalisée par des barboteurs remplis d’eau déminéralisée. Le 15 juin 2021, lors de la relève des flacons du barboteur tritium, il est constaté un dysfonctionnement du système de surveillance des rejets en tritium de l’activité fusion dans l’environnement. Dans le cadre des contrôles réguliers de ce système de mesure, un test pH réalisé avant analyse des échantillons, a mis en évidence un remplissage des flacons des barboteurs avec de la soude, en lieu et place de l’eau déminéralisée. La soude ne permet pas de piéger le tritium. Les prélèvements réalisés sur la période du 8 au 14 juin 2021 ne sont donc pas considérés comme représentatifs.
 
Une inversion des flacons des barboteurs lors des opérations de remplacement réalisées le 07 juin 2021 a conduit à l’occurrence de ces deux évènements.
 
Ce dysfonctionnement temporaire de mesure a été rétabli aussitôt le contrôle effectué.
Une analyse des activités des déchets traités sera réalisée pour estimer les rejets en carbone 14 sur la période du 1er au 7 juin 2021 et en tritium sur la période du 8 au 14 juin 2021. Les résultats de la surveillance environnementale de la plateforme de Marcoule seront par ailleurs analysés. En effet, la surveillance de l’environnement est assurée par Cyclife France pour ses installations mais également par les services compétents du CEA Marcoule, en mesure de détecter toute élévation de la radioactivité au voisinage du site.
 
Au titre de l’écart à la « prescription technique relative à la surveillance des rejets gazeux radioactifs », cet évènement a été déclaré à l’Autorité de Sûreté Nucléaire, le 10 juin 2021 et indicé le 21 juin 2021.
 
L’évènement est sans impact sur le personnel et sans conséquence sur la sûreté de l’installation.

Guénola Guillon, nouvelle Directrice générale de Cyclife France

Publié le 19/05/2021

Guénola Guillon est nommée Directrice Générale de Cyclife France, filiale 100% d’EDF, spécialisée dans le traitement de déchets nucléaires Très Faible à Moyenne Activité à vie courte, dont le siège social et l’installation industrielle majeure de CENTRACO sont situés à Codolet dans le Gard. Elle succède à Eric Villatel parti à la retraite après quarante ans de carrière au sein du groupe EDF. 


Dans sa nouvelle mission de Directrice Générale de Cyclife France, Guénola Guillon s’engage à maintenir la performance des activités existantes de Cyclife France et à assurer la croissance de l’entreprise par le développement de projets et de nouvelles activités, mais aussi par la commercialisation de nouvelles solutions de traitement de déchets radioactifs au service de ses clients, avec l’objectif d’adresser de nouveaux marchés en France et à l’international. Cette ambition de développement affichée par Cyclife France s’inscrit pleinement dans celle de la plateforme européenne Cyclife, d’être le leader européen du démantèlement et de la gestion des déchets radioactifs.

Durant son parcours, Guénola Guillon a eu déjà eu l’opportunité de travailler avec la plateforme Cyclife, filiale d’EDF en charge d’activités stratégiques dans les domaines de la déconstruction et de la gestion des déchets nucléaires, en France et à l’international.

« C’est avec plaisir que je rejoins Cyclife France. Je m’emploierai à poursuivre avec enthousiasme le travail déjà accompli par l’ensemble des équipes au sein de l’entreprise pour parvenir à atteindre notre ambition de devenir leader dans le domaine du traitement des déchets radioactifs. Le travail en équipe, la formation continue et l’ouverture sont les clés de la performance d’une entreprise qui contribuent essentiellement à l’épanouissement de chacun dans son métier ».

C’est avec conviction que Guénola a partagé ses valeurs dans le travail avec les collaborateurs de l’entreprise. Pour elle, veiller au bien-être des salariés est essentiel « Le principal atout de Cyclife France est la valeur des femmes et des hommes qui la composent. L’épanouissement professionnel n’est pas lié qu’aux activités à réaliser, mais aussi à la qualité de l’environnement de travail et des relations humaines. Travailler dans un contexte de collaboration et de respect qui permet à chacun de s’exprimer est essentiel à l’épanouissement individuel et à la performance du collectif. »

Son parcours
Dans ses études, Guénola Guillon s’oriente vers une filière d’ingénieur généraliste à l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées de Paris. Au cours de sa carrière professionnelle, elle a obtenu un DESS de gestion/ MBA de l’IAE de Paris et a réalisé un Executive MBA à l’INSEAD.

Guénola Guillon a un parcours professionnel aussi riche que diversifié au sein du groupe EDF. A ses début, son objectif professionnel est d’allier la technique et l’opérationnel dans le domaine de l’énergie. Dans cette optique, elle rejoint en 1999 le monde du nucléaire du groupe EDF en intégrant les équipes de l’Unité Technique Opérationnelle à la Direction Production Nucléaire, en qualité d’Ingénieur d’affaires dans la maîtrise d’ouvrage d’opérations nationales de maintenance. Elle poursuit sa carrière chez EDF par un poste de Chef de service délégué puis Chef de service du service Chaudronnerie Robinetterie à la centrale nucléaire de Chinon en 2003. Elle rejoint ensuite l’Etat major de la production nucléaire à Paris comme contrôleur de gestion, puis elle exerce la fonction de Directrice Déléguée Arrêt de Tranche et Logistique à la centrale nucléaire de Paluel. En 2018, elle saisit l’opportunité de rejoindre EDF Energy au Royaume-Uni pour assurer la fonction de Chef du département Santé, Sécurité et Environnement.
 

Haut de page