Nos Actualités

Marina Hashim, nouvelle directrice générale de Cyclife

Publié le 23/03/2020

Marina Hashim prend la direction générale de Cyclife, la filiale d’EDF pour la déconstruction et la gestion des déchets nucléaires, en France et à l’international.


Crédit Sophie Guichard, Direction communication @EDF


Marina Hashim rejoint la filiale Cyclife présente en Europe avec ses trois filiales dédiées au démantèlement des installations nucléaires (Cyclife Engineering, Cyclife Digital solutions et Graphitech) et ses trois sites de gestion et traitement de déchets radioactifs situés en France (Gard), au Royaume-Uni (Workington) et en Suède (Nyköping).
 
Marina a rejoint EDF en 2014 à Abu Dhabi comme directrice générale d’EDF Moyen-Orient. Depuis 2018, elle dirigeait le projet des diesels d’ultime secours du programme « grand carénage » (projet Post-Fukushima) pour le prolongement de la durée de vie des centrales nucléaires en exploitation. Ingénieure de formation, Marina Hashim a un parcours professionnel dans l’Industrie et l’énergie : Alstom, Bouygues Construction et Areva à l’international.
 
Dans le cadre de ses nouvelles fonctions, Marina Hashim porte l’ambition de la filiale de devenir leader européen dans la déconstruction et la gestion des déchets nucléaires. Elle préside les Conseils d’Administration de Cyclife France, Cyclife UK et Cyclife Sweden. Elle est également Directrice Générale de Cyclife Holding.
 
« Je me réjouis de rejoindre Cyclife, acteur incontournable de la filière nucléaire. Ces dernières années, la filiale a déjà enregistré de belles victoires avec des contrats signés en Europe avec Sogin, Enresa et Uniper. Nous poursuivons nos actions commerciales pour soutenir la place de Cyclife comme leader européen de la déconstruction, du démantèlement et du traitement des déchets nucléaires. » commente Marina Hashim.

Cyclife Digital Solutions et Onet Technologies signent un accord de partenariat pour accompagner la transition numérique dans la filière nucléaire.

Publié le 26/02/2020

Le 26 février 2020, Cyclife Digital Solutions, filiale du groupe EDF, et Onet Technologies signent un partenariat destiné à déployer des solutions numériques adaptées aux métiers du nucléaire et dans un même temps contribuer à la maîtrise des projets de la filière.


A l’heure où notre filière poursuit sa transition vers le numérique, deux entreprises ont décidé d’unir leur savoir-faire au service de l’industrie nucléaire.
Sur le marché, Cyclife Digital Solutions dispose d’une offre phare : le logiciel DEMplus® for nuclear, un outil d’aide à la décision et de simulation basé sur des technologies 3D temps réel, permettant aux acteurs de la filière d’optimiser et de sécuriser les projets d’interventions en milieu nucléaire.
Onet Technologies, a quant à lui été précurseur dans la mise en œuvre de la méthode BIM* Management appliquée aux activités d’ingénierie des projets de déconstruction. Elle bénéficie ainsi d’un retour d’expérience concernant la gestion des modèles 3D, du BIM Management, de la conception et modification d’installations dans le domaine du démantèlement.

En associant leur savoir, les deux entités appartenant à des Groupes industriels majeurs, ont pour volonté de renforcer leurs approches complémentaires pour apporter des solutions innovantes aux défis techniques de la filière nucléaire en s’appuyant sur les méthodes et outils de la transition numérique : collecte de données, gestion du patrimoine des installations avec une vision à long terme, aide à la décision, etc. Des axes de travail autour de la simulation, du BIM Management, de l’interfaçage des solutions ont été définis. Des premiers résultats concrets sont attendus avant la fin de l’année.

 *La méthode BIM management dans le secteur nucléaire est un processus utilisant une maquette numérique qui capitalise et gère en configuration les caractéristiques techniques d’une installation nucléaire tout au long de son cycle de vie. La méthode BIM permet de créer un jumeau numérique des installations en exploitation ou en déconstruction et constitue une base de données pour les études de simulation en préalable aux opérations sur site.


Pour en savoir +


Lire le Communiqué de presse du 26 février 2020

DEMplus® for nuclear 
Onet Technologies

En Suède, Cyclife se mobilise pour un redémarrage de son centre de traitement des déchets métalliques avant la fin de l’année

Publié le 21/01/2020

Depuis l’incident en novembre dernier sur l’installation de traitement des déchets métalliques, Cyclife Sweden a mis tout en œuvre pour reprendre ses activités au plus tôt. Toutes les équipes sont mobilisées pour reprendre les opérations de traitement des déchets métalliques avant la fin de l’année 2020. 
 
L’Autorité de sûreté nucléaire suédoise (Swedish Radiation Safety Authority) a officiellement classé l’événement comme une anomalie, INES 1, selon l’échelle internationale INES pour les événements nucléaires, qui en compte huit. Ce classement qualifie une anomalie sans conséquence sur les travailleurs ni impact sur l’extérieur du site.
 
Les autres parties de l’installation, notamment les activités de traitement par incinération ou pyrolyse, fonctionnent normalement.

Cyclife vous souhaite ses meilleurs voeux pour l'année 2020 !

Publié le 24/12/2019

Regardez notre carte de voeux digitale en cliquant sur l'image ci-dessous ou ici
cyclife-vous-souhaite-une-heureuse-annee-2020

Le site de Cyclife UK honore ses 10 années de collaboration avec ses clients et partenaires

Publié le 17/12/2019

A proximité de Workington, depuis 10 ans le site de MRF (Metals Recycling Facility) de Cyclife UK propose des solutions en réponse aux besoins croissants des industriels de la filière nucléaire afin de réduire et recycler leurs déchets. Au total, 15 000 tonnes de déchets ont déjà été traités, qui proviennent de toutes les principales installations nucléaires du Royaume-Uni.
Low Level Waste Repository Ltd. (LLWR) a célébré l'anniversaire avec Cyclife, commentant que cela faisait dix ans que LLWR avait envoyé la première campagne de traitement vers le site MRF, et après une décennie de traitement des déchets, plusieurs milliers de tonnes ont maintenant été recyclés.
Depuis son acquisition par le groupe EDF en 2016, l’entreprise a triplé le nombre de ses employés qui est aujourd’hui près de 80 personnes. Cyclife UK a connu une augmentation significative de son chiffre d'affaires qui s'élève désormais à environ 12 millions d’euros. MRF est un des principaux acteurs en matière de traitement des déchets faiblement radioactifs, avec plus de 90 % de part de marché pour les déchets métalliques. Pour ses 10 ans en 2019, Cyclife UK a remercié chaleureusement ses clients et ses partenaires en leur remettant un trophée honorifique symbolisant leur relation client.
Avec ses trois sites implantés en Suède, au Royaume-Uni, et en France, ses filiales Cyclife Digital Solutions, Cyclife Engineering et récemment Graphitech, Cyclife fournit des solutions en matière de gestion optimisée et durable des déchets nucléaires et de déconstruction et démantèlement d’installations nucléaires. Son éventail d’activités s’étend de l’inventaire physique et radiologique d’une installation nucléaire, d’un accompagnement technique sur site pour la décontamination et une large gamme de services de démantèlement y compris la segmentation à froid ou à chaud (par exemple pour les circuits primaires ou les autres systèmes de refroidissement des réacteurs).

EDF et Veolia annoncent la création de Graphitech

Publié le 11/12/2019

Le 10 décembre 2019, EDF et Veolia, via leurs filiales respectives Cyclife Holding et Asteralis, annoncent la création d’une structure commune : Graphitech, pour répondre aux enjeux de démantèlement des réacteurs nucléaires de technologie graphite.

La déconstruction des réacteurs graphite est complexe en raison de leur conception (empilement de couches de graphite à l’intérieur du réacteur) et du volume de matériaux à évacuer. A l’échelle mondiale, seuls deux réacteurs de technologie graphite de petite puissance ont été démantelés à ce jour. Graphitech aura en charge des développements technologiques et des études d’ingénierie, nécessaires à la préparation du démantèlement des réacteurs nucléaires de technologie graphite, une soixantaine de réacteurs dans le monde. Graphitech pourra donc répondre aux besoins de la France, du Royaume Uni, de l’Espagne, de l’Italie, de la Lituanie et du Japon.

Associant la maîtrise de l’industrie nucléaire, les compétences d’ingénierie de démantèlement d’EDF avec les compétences de robotique en environnement nucléaire de Veolia, permettant la conception de machines spéciales et de plateformes d’intervention à distance pour le démantèlement, Graphitech apportera son expertise sur :
  • - le développement d’outils télé-opérés de découpe de structures en béton et métal, complexes et de grandes dimensions et d’outils d’extraction des briques/empilements de graphite activés,
  • - le design des systèmes et des bras articulés qui permettront de déployer ces outils.

Le premier objectif de Graphitech sera de livrer à EDF un scénario optimisé pour le démantèlement du réacteur de Chinon A2 en 2028 et de proposer un programme d’essais qui permettra de tester les solutions technologiques nécessaires à la réalisation des opérations.

Ce programme débutera en 2022 par une phase de mise au point et de qualification sur des maquettes à l’échelle 1 des outils télé-opérés, qui seront utilisés pour le démantèlement du réacteur de Chinon. Après cette opération pionnière, la solution pourra être appliquée à d’autres réacteurs en France et à l’international.

Cyclife Sweden étudie le redémarrage de son centre de traitement des déchets métalliques

Publié le 22/11/2019

Recenser les impacts de l’incident
 
Si l’origine exacte de l’incendie n’est pas confirmée à ce stade, on sait qu’il a eu lieu à l’endroit où une opération de découpe d’un composant (condenseur) en titane était en cours de traitement. Seul le condenseur impliqué dans l’incendie a été affecté.
Tous les autres matériaux et déchets entreposés à l’intérieur de l’installation n’ont pas été touchés par l’incendie. De plus, on ne relève aucun impact sur les matières et les déchets entreposés à l’extérieur de l’installation.
 
Les dommages recensés sur l’installation après l’incendie sont au niveau de l’isolation d’un mur et sur certaines parties du toit de l’installation de traitement des Grands Composants et sur des parties du toit dans le hall de découpe.
Les outils de mesures installés sur le site n’ont révélé aucune émission radioactive en dehors de l’installation. L’Autorité de sûreté nucléaire suédoise (Swedish Radiation Safety Authority) a provisoirement classé l’événement comme une anomalie, INES 1, selon l’échelle internationale INES pour les événements radiologiques, qui est l’un des niveaux de classification les plus bas.
 
Points clés des semaines écoulées et à venir
 
Les opérations d’incinération et de pyrolyse ainsi que les activités de service dans les bâtiments non nucléaires fonctionnent normalement depuis le dimanche 10 novembre. Les espaces bureaux de l’installation de fusion sont de nouveau accessibles depuis le mercredi 13 novembre.

Au cours des prochaines semaines, différentes inspections et évaluations des sociétés d’experts indépendantes et de consultants externes sont programmées. 
Durant ce temps d’instruction, l’accès à l’installation est limité.
Actuellement, les équipes de Cyclife Sweden recensent précisement la totalité des impacts sur cette partie de l’installation. Il sera ensuite possible de planifier les activités nécessaires de remise en état et de mesure avant de pouvoir redémarrer les opérations de réception et de traitement de matériel.

Nos clients ont été contactés et sont tenus régulièrement informés de l’avancée de la situation.
 
Plus d’information sur l’incident
 
Le jeudi 7 novembre 2019 à 18 heures, un incendie s’est déclaré dans l’usine de traitement des métaux de Cyclife Sweden AB, à Nyköping.
Mobilisés sur place au début de l’événement, les pompiers ont maîtrisé l’incendie le vendredi 8 novembre à 18 heures.
L’évènement n’a fait aucune victime.
Les outils de mesures installés sur le site n’ont révélé aucune émission radioactive en dehors de l’installation. Des mesures complémentaires sont en cours.
L’usine a été mise immédiatement à l’arrêt et les opérations de production sur le site ont été suspendues.
Depuis le début de l’incendie, les équipes de Cyclife sont en lien permanent avec l’Autorité de sûreté nucléaire suédoise (Swedish Radiation Safety Authority) et les collectivités locales.
 
 

Incendie maîtrisé et éteint sur l’usine de traitement des déchets radioactifs Cyclife en Suède

Publié le 08/11/2019

Le jeudi 7 novembre 2019, à 18 heures, un incendie s’est déclaré dans l’usine de traitement des métaux de Cyclife Sweden AB, à Nyköping.
 
Mobilisés sur place au début de l’évènement, les pompiers ont maîtrisé l’incendie le vendredi 8 novembre à 18h.
 
L’évènement n’a fait aucune victime. Les outils de mesures installés sur le site n’ont révélé aucune émission radioactive en dehors de l’installation. Des mesures complémentaires sont en cours.
 
Le départ de feu est lié à une opération de traitement d’un composant métallique en titane.
 
Depuis le début de l’incendie, les équipes de Cyclife sont en lien permanent avec l’Autorité de sûreté nucléaire suédoise (Swedish Radiation Safety Authority) et les collectivités locales.
 
L’usine a été mise immédiatement à l’arrêt et les opérations de production sur le site sont suspendues.

Uniper confie à Cyclife le traitement et recyclage de ses déchets métalliques issus du démantèlement nucléaire

Publié le 11/10/2019

Cyclife Sweden AB, filiale du groupe EDF, gagne un contrat de huit ans avec l’opérateur Uniper pour le traitement des déchets métalliques, environ 15 000 tonnes, issus du programme de démantèlement de quatre réacteurs en Suède : Oskarshamn 1 et 2, et Barsebäck 1 et 2. Ce nouveau contrat remporté par Cyclife confirme le rôle de leader joué en Europe par Cyclife dans le traitement et le recyclage des déchets métalliques.
 
Uniper a mis hors service les réacteurs Oskarshamn 1 et 2, Barsebäck 1 et 2 entre 1999 et 2017. Le démantèlement de ces installations nucléaires génèrera des matériaux et déchets nécessitant des traitements spécifiques. Cyclife Sweden AB fournira des solutions de gestion des déchets radioactifs innovantes, durables et rentables. “Pour Cyclife, cet accord est un véritable partenariat avec Uniper dans lequel nous développons le process de traitement, mais aussi la prestation de services au début du projet en accompagnant Uniper pour préparer et optimiser les conditions de recyclage et d’élimination des déchets”, dit Henrik Modéer, Directeur général de Cyclife Sweden AB.
 
Cyclife sera en charge du tri, de la catégorisation et du traitement des matériaux et déchets métalliques provenant des projets de déconstruction d’Oskarshamn et Barsebäck. Un véritable travail de coopération s’effectuera sur sites : Cyclife accompagnera Uniper sur l’optimisation du tri des déchets avant leur expédition en transport vers son installation de Nyköping. Cyclife Sweden traitera ensuite les métaux par diverses méthodes pour séparer la radioactivité du métal et démontrer qu’elle répond aux exigences strictes du recyclage et retour dans l’industrie après le nettoyage sur son propre site. “Grâce à ce contrat avec Cyclife, nous prévoyons de traiter 1 500 à 2 500 tonnes jusqu’en 2027. C’est un bel exemple des bénéfices que nous obtenons en coordonnant le démantèlement des réacteurs fermés d’Oskarshamn et de Barsebäcksverket”, déclare Johan Dasht, MD d’Oskarshamns Kraftgrupp AB.
 
A propos de Uniper
Uniper est une société internationale du secteur énergétique de premier plan qui exerce ses activités dans plus de 40 pays et emploie environ 11 000 personnes dans le monde. Son activité consiste essentiellement en la fourniture sécurisée d’énergie et de services associés : la production d'électricité en Europe et Russie, ainsi que le commerce mondial de l'énergie. La société a son siège à Düsseldorf, en Allemagne.
Plus d’information : www.uniper.energy

Pour en savoir plus : lire le communiqué de presse

OREKA Solutions devient Cyclife Digital Solutions en intégrant la plateforme européenne Cyclife, filiale du groupe EDF, et fait évoluer son offre technologique au service du nucléaire

Publié le 04/10/2019

La société OREKA Solutions change de nom et devient Cyclife Digital Solutions. Une étape symbolique depuis son entrée au sein d’EDF en juin 2018, après avoir été détectée par EDF Pulse Croissance, le fonds d’investissement du Groupe dédié aux TPE-PME innovantes. Cette nouvelle identité répond à la volonté du Groupe d’intégrer pleinement la société à la plateforme européenne Cyclife, afin d’enrichir son offre à l’international par l’innovation et la simulation numérique au service de l’industrie nucléaire. Un changement de nom qui s’accompagne également du lancement de la nouvelle version de son logiciel DEMplus® for nuclear.

>> Téléchargez le communiqué de presse

Haut de page